Interview de Romain Hamard : impression3D et architecture

Ancien étudiant en architecture à Bruxelles, Romain travaille aujourd’hui en tant qu’architecte junior au cabinet AUXAU. Il nous parle ici de son usage de l’impression 3D et de son intégration dans les milieux architecturaux

Pourquoi avoir choisi Dagoma ?

J’ai depuis longtemps souhaité acquérir une imprimante 3D, puis un jour, un ami m’a envoyé un test de la Discovery200 : elle avait l’air top, pas chère et le fait qu’elle soit fabriquée à Roubaix a sûrement joué dans la prise de décision.

Puis c’était aussi l’occasion pour moi d’y voir une utilité. A cette époque, je n’en voyais pas encore. Et l’idée de devoir investir 2000€ me semblait exagérée, et c’est finalement Dagoma qui m’a permis de franchir ce cap grâce à son imprimante 3D accessible.

D’où est venu votre intérêt pour l’impression 3D ?

Au début c’était quelque chose de geek, que je voyais sur les blogs, et que je trouvais intéressant etc… Puis pendant mes études d’architecture, j’ai découvert l’impression 3D comme un outil de recherche et de communication. Ensuite je me suis intéressé à son application architecturale, lors de mon mémoire de fin d’études, et sur l’implication de l’impression 3D à grande échelle.

Au sein de mon école à Bruxelles, j’ai participé au développement du Fablab de l’ULB, où l’impression 3D est actuellement largement utilisée.

Comment vous servez-vous de l’imprimante 3D au quotidien ?

Dans le privé, j’imprime des objets que je ne trouve pas dans le commerce, ou je réalise de la réparation de pièces cassées.

Dans mon métier, je l’utilise pour des tests de volumétrie ou pour des maquettes finies. Je travaille dans un petit bureau d’architecture, et il n’est pas toujours évident de dégager du temps pour réaliser des maquettes traditionnelles, l’impression 3D nous permet de faire plus de maquettes, plus vite. Elle s’avère particulièrement utile lors des phases de recherches. Pour nous, c’est un bon complément au logiciel de modélisation 3D et à l’éternelle maquette en carton.

L’impression 3D est également utile pour réaliser des formes extrêmement complexes et pratiquement impossibles à réaliser la main. Par exemple, j’ai pu imprimer pour un ami qui fait des recherches sur l’architecture paramétrique, plusieurs tests de toitures avec des courbes quasiment organiques. Sans l’impression 3D cela nous aurait été impossible.

dagoma impression3d architecture

dagoma impression3d architecture.png2

Je n’avais pas de buts précis en tête en l’achetant, je souhaitais découvrir cette technologie au fur et à mesure de son utilisation, voir également la réaction des gens quant aux usages, sur les possibilités de demain.

Le fait que la Discovery200 soit une Rep-Rap qui bénéficie d’une très forte communauté m’a aussi permis de modifier et améliorer facilement mon imprimante, aller plus loin sur mes usages.

Quel est l’objet imprimé dont vous êtes le plus fier ?

C’est une maquette que j’ai réalisée pour l’atelier d’architecture Auxau, dans le cadre d’un concours. Une maquette imprimée en laybrick, avec un super rendu pour la pièce, qui parle beaucoup aux architectes.

dagoma impression3d architecture.png3

dagoma impression3d architecture.png4

Comment voyez-vous la 3D dans 5 ans ?

Je pense qu’elle va surtout se développer via des Fablabs, des makers, autrement dit entre des personnes qui s’enrichissent les uns avec les autres. Ces lieux de productions pour particuliers et petits entrepreneurs se développent énormément dans nos villes. Les idées de réparer plutôt que de jeter, du faire soi-même plutôt que d’acheter gagnent du terrain.

Cette dynamique qui tend à relocaliser des zones de production dans nos villes, voir parfois chez nous impacte le développement urbanistique. Dans 5 ans, j’espère que cette réalité, deviendra le quotidien d’un plus grand nombre.

A mon niveau dans l’architecture, je pense que la prochaine étape sera d’intégrer les techniques pour tout imprimer en un bloc, je crois que c’est vers là que les choses tendent. Je me pose de nombreuses questions en particuliers sur le futur de l’architecture ou de la maçonnerie, sur le gain apporté par l’impression 3D. C’est à la fois effrayant et tout à fait fascinant, les évolutions technologiques me laissent rêveur.

Suivre:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *